UNE MYSTIQUE SANS DIEU

UNE MYSTIQUE SANS DIEU

le Christ m'appelle, mais sans lumière », écrit Pasolini à 20 ans. Vingt-deux ans plus tard, en 1964, il réalise, en athée, L'Évangile selon saint Matthieu. Il a choisi, dit-il, l'évangéliste dont le Christ est le plus terrestre, révolutionnaire, marxiste : non pas le fils de Dieu (le Ciel importe peu à Pasolini), mais une figure d'intellectuel en marche, qui arpente les terres désolées de l'Italie méridionale pour défendre les humbles contre la modernité des puissants (entendre : le néocapitalisme). Son oeuvre de poésie et de cinéma est remplie de saints scandaleux - l'un d'eux se nomme Blasphème - aussi hérétiques qu'autobiographiques, et d'anges en haillons, corps d ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article