Scène d'amour

Scène d'amour

Pour le Romain Nino, les jeux de l'amour ne peuvent s'exercer que dans son cours de théâtre.

Qui parle ? C'est le problème essentiel que doit régler tout romancier. Qui prend en charge la narration ? À quelle distance la « voix » dite omnisciente se trouve-t-elle des personnages, de l'auteur, du lecteur ? Paolo Di Paolo opte pour un procédé tout à fait original, qu'on ne dévoilera pas ici, mais qui fait en grande partie le charme de son livre.

Il est question d'amour, en ces pages, il est question de Rome, ville-personnage éternelle baignée d'une « lumière insolente », question de théâtre, aussi, comme répétition - ou miroir - de la vie. À peine sorti de l'adolescence, Nino Morante donne des cours à des septuagénaires grincheux. Voici Teresa, plus âgée que lui de sept ans ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article