Sans relâche

Sans relâche

Toujours intensivement mis en scène, Beckett n'a jamais connu de creux de la vague dans les théâtres. Les créateurs contemporains proposent de nouvelles lectures de ses pièces, mais aussi de ses autres textes.

c'était un jour de janvier 1984, au crématorium du Père-Lachaise. Par une « lumière grisâtre », comme il est indiqué au début de Fin de partie. Assis, enveloppé dans son manteau en veau retourné, Samuel Beckett attendait que le corps de son ami Roger Blin fût consumé. Les crémations n'étaient pas alors monnaie courante dans le milieu du théâtre, et plus d'un manifesta des signes d'impatience, certains quittèrent même les lieux. Beckett resta jusqu'au bout, sans bouger. Blin était son cadet de un an, c'est à lui qu'il avait donné sa première pièce après avoir vu deux fois sa mise en scène de La Sonate des spectres, de Strindberg, donnée devant un public plus que ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article