Ouvéa, de profundis

Ouvéa, de profundis

joseph Andras est un redresseur de torts. Son premier récit, De nos frères blessés (qui reparaît en poche chez Babel), narrait le martyre de Fernand Iveton : ouvrier français en Algérie, militant communiste et sympathisant du FLN, il fut condamné à mort et guillotiné pour avoir voulu faire sauter un hangar de son usine, en ayant pourtant bien pris soin que l'explosion (qui n'a pas eu lieu) ne fasse aucune victime. Avec Kanaky, Joseph Andras s'attaque au destin d'Alphonse Dianou, leader du FNLKS, le mouvement indépendantiste kanak, achevé par les troupes françaises dans la grotte d'Ouvéa.

À quelques mois du référendum (en novembre 2018) sur l'indépendance ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article