Nous vivonsdans un charnier

Nous vivonsdans un charnier

Si l'on juge que les animaux sont des êtres sensibles, on ne peut concilier leur « bien-être » et leur mise à mort.

la question animale n'est plus seulement débattue dans le monde académique. Elle a désormais pris place sur la scène publique, ainsi que l'atteste la fébrilité de ses opposants. La « question animale », expression qui s'est imposée malgré sa syntaxe incorrecte, exprime la dimension fondamentalement philosophique d'un problème qui est à la fois métaphysique, moral et politique.

La thèse aussi bien stoïcienne, kantienne que religieuse de « l'éminente dignité métaphysique de l'homme » pèse encore de tout son poids pour que soit maintenu le statut de chose que le droit a dévolu aux animaux. De fait, si le législateur a, en 2015, accepté de définir dans le Code civil les anima ...

Pour lire l’intégralité de cet article