Mon oncle franquiste, ou Manuel le maudit

Mon oncle franquiste, ou Manuel le maudit

sur la photo, il paraît un peu frêle sous l'uniforme immaculé. La casquette imposante surplombe ses traits fins, et son regard clair, vaguement songeur, est tourné vers un mystère. Mort au combat à 19 ans, ce vaillant jeune homme est l'un des grands-oncles de Javier Cercas : un phalangiste fervent, intégré à l'unité de choc des tirailleurs d'Ifni au Maroc ; son sacrifice prématuré en 1938 l'érigea en héros, de la famille, mais aussi du village tout entier. Un garçon agité, joyeux et sûr de lui, prétendu vainqueur et perdant véritable, à mi-chemin du Giovanni Drogo intoxiqué d'idéalisme du Désert des Tartares et de l'Achille glorieusement mort de L'Iliade.

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article