Les plaies du père

Les plaies du père

Dans Eddy Bellegueule, il en prenait pour son grade. Il apparaît ici comme la victime d'un système.

Qui a tué mon père est un acte d'accusation. De réconciliation, aussi. Explorant sa relation avec son père, Édouard Louis livre sa vérité du monde social. Il est question d'exclusion, de domination, de non-dit, et néanmoins d'amour. Au moyen d'une narration épurée - alternant récit et essai -, le jeune écrivain revient sur son enfance et sur son milieu populaire. Des scènes, d'une vibrante intensité, se succèdent : un faux concert familial où l'auteur, déguisé en fille, cherche le regard de son père ; une bagarre entre le père et le frère aîné ; des cadeaux de Noël partis en fumée. Tous ces épisodes racontent à la fois la distance entre le père et le fils et l'affection qui pers ...

Pour lire l’intégralité de cet article