Le premier métro

Le premier métro

Dans les souterrains de la capitale suédoise convergent tous les habitants, travailleurs et chômeurs, fêtards et sans-abri, mendiants et réfugiés. Et les pigeons, indifférents et mutants, picorent à leurs pieds.

là où je vis, les pigeons prennent aussi le métro. Ils attendent sur le quai, comme n'importe quel passager désabusé, et quand les portes s'ouvrent ils s'engouffrent dans la rame. Ils zigzaguent entre les chaussures pleines de neige et les baskets pour aller s'installer dans un coin sous un siège ou à côté des portes. Ils tentent peut-être de picorer un chewing-gum ou quelques miettes qui traînent au passage. Si personne ne vient les déloger, ils restent à leur place jusqu'à être arrivés à destination. Là, ils descendent. En général, ils font le trajet de Hökarängen à Farsta centrum.

Les pigeons sont les seuls passagers auxquels on ne demande pas de montrer leur ticket. Le ...

Pour lire l’intégralité de cet article