Le conte des trois Europe

Le conte des trois Europe

Par-delà les promesses trahies de l'Union, contre les menaces nationalistes qui pèsent aujourd'hui sur le continent, comment oeuvrer à la seule Europe vraiment désirable : hybride, diverse, ouverte ?

la constitution silencieuse, implicite de l'Europe, c'est la mémoire, c'est l'expérience du XXe siècle », déclarait à Berlin Imre Kertész peu avant de mourir. Et pourtant, le moment est venu de reconnaître que cette mémoire, cette expérience ont perdu leur pouvoir constituant. L'oubli est passé par là, ou serait-ce l'irrésistible assaut du temps qui a érodé des consciences forgées peu après la catastrophe ? Si le passé ne suffit plus - je le disais en 2009, dans Le Hêtre et le Bouleau -, alors il faudra inventer un avenir : un avenir désirable, souhaitable, pour l'Europe. Et c'est bien cet à-venir, au XXIe siècle, qui est le coeur ardent de la bataille, ici et maintenant ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article