L'AURA PERDUE

L'AURA PERDUE

Les captations audiovisuelles de ses concerts ne peuvent restituer son exceptionnelle présence physique, elles délaient ses transes.

Brel meurt une première fois en 1967, quand il fait ses adieux à la scène. Il ressuscite l'année suivante en incarnant don Quichotte, dans l'opéra qu'il adapta (lire p. 84). Il prête ses traits à des personnages de cinéma, dans un casting qui n'est plus le sien, et s'essaie lui-même à la réalisation (lire p. 82). Puis sa voix, toujours puissante quoique pleinement désincarnée, hante, le temps d'un ultime disque, les couloirs d'« Orly », loin des « remparts de Varsovie », comme en partance pour des Marquises définitives.

Combien sont ceux, à ce jour, à l'avoir vu sur scène, à avoir vécu le phénomène, éprouvé une transe si proche de l'antique catharsis ? P ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article