Kafka au kibboutz

Kafka au kibboutz

Quel rapport y a-t-il entre un supposé descendant du roi David, une romancière dont le mariage est à l'agonie et l'auteur du Procès ? Réponse dans un hôtel de Tel-Aviv.

on peut, à raison, se méfier des romans consacrés à la mort des histoires ou à l'impossibilité d'en écrire, ceux qui, loin de provoquer le fameux frisson de la moelle épinière cher à Nabokov, ne suscitent trop souvent chez le lecteur qu'un triste rictus de connivence. Grand livre de crise, grand livre en crise, Forêt obscure est l'exception qui confirme la règle. La finesse, l'élégance de la mise en scène sont telles que la lecture de ces presque 300 pages passe comme un rêve. Mais qui rêve de quoi ?

Deux arcs narratifs s'entremêlent. Le premier, à la troisième personne, s'attache à Jules Epstein, riche avocat new-yorkais de 68 ans récemment divorcé, occupé à s'ef ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article