Grande dame,d'un bloc

Grande dame,d'un bloc

Ultime surréaliste, intime connaisseuse de Sade, son cinglant essai sur l'art contemporain, qui vient de sortir chez Stock, a été refusé par Gallimard.

aussitôt qu'on franchit le seuil, on tangue sur la pente d'un plancher gauchi par le poids du papier. Portant le plafond, des murs de livres grimpent en rangs serrés, et dans toutes les pièces en vue. Mince comme une badine, Annie Le Brun au premier regard intimide, à cause d'une intelligence crépitante, et parce qu'on la sait lectrice de Sade, auteur qui fout les jetons. Puis deux yeux de chat couleur limon vous cueillent, et tout s'arrange. « Annie est une oeuvre d'art, a prévenu l'anthropologue Paul Jorion. J'aime beaucoup la regarder. » Sous les paupières délicatement fardées, un regard pailleté, pénétrant et amusé, des yeux de vigie qui voient tout. Un peu trop, puisque son ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article