Des dandys amers et doux

Des dandys amers et doux

Le portrait d'un cercle d'écrivainsde l'entre-deux-guerres, passionnés par le XVIIIe siècle et l'Italie.

Les « longues moustaches », tel fut le nom que Paul Morand, dans Venises, donnait à ces écrivains distingués de l'entre-deux-guerres qui se réunissaient au café Florian, sous la célèbre peinture murale appelée « le Chinois ». « Hommes très charmants, écrivait-il, sans grande confiance en eux-mêmes, dandys amers et très doux, vite amusés ou désespérés... » Leurs noms ? Edmond Jaloux, Jean-Louis Vaudoyer, Émile Henriot et leur maître à tous, Henri de Régnier. Michel Bulteau part à leur rencontre dans ce livre-flânerie, en enrôlant aussi trois autres écrivains proches des précédents, Francis de Miomandre, Charles Du Bos et Abel Bonnard. Chacun a son style, bien sûr, mais ces sept-l ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article