D'entre les morts

D'entre les morts

Rescapé de la tuerie de Charlie Hebdo, le critique publie un récit à la fois suffocant et souverain.

intense, intime, intimidant : ainsi s'avance Philippe Lançon en son livre. Nulle déferlante d'émotion, de douleur, de colère, pourtant. Ce n'est pas le trop-plein qui impressionne, plutôt une folle expérience de raréfaction et de concentration. S'y exposent à la fois une extrême fragilité et une dureté - non la cruauté d'un survivant à l'égard de ses semblables insouciants, mais l'acuité d'un regard, la clarté saillante de qui est mort à soi-même, sait avoir perdu une large part de sa personne passée, et pas seulement un pan de son visage, emporté par une balle. Le Lambeau commence par un récit méthodique et chronologique, à quelques réminiscences près : la dernière soir ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article