Cyclone haïtien

Cyclone haïtien

Shakespeare au pays des mangues véreuses et des doigts tranchés. Une fiction nourrie par l'expérience.

Il faut lire la « note de l'auteur », une fois le dernier chapitre achevé, pour prendre la mesure de la portée mystificatrice de ce livre dont le héros est une contrée folle et outragée, Haïti : « Le jeu » est un autre, le « tu » et le « vous » également. Si Mischa Berlinski a vécu sur ces terres à la même époque que le (jamais nommé) narrateur alors que sa femme travaillait pour l'ONU - comme dans la vraie vie -, son double n'est pas lui... bien qu'il écrive un texte sur son expérience.

Vous avez dit métafiction ? Dieu ne tue personne en Haïti est le type même de roman condamné à s'effondrer sous le poids de sa virtuosité. Pourtant cela n'arrive jamais. Mieux : en négli ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article