CINÉ-FILS DE BECKETT

CINÉ-FILS DE BECKETT

L'auteur est une référence majeure pour Michael Haneke et David Cronenberg : un idéal de dépouillement et d'incarnation.

Michael Haneke et Samuel Beckett ont un point commun. Ils ne croient guère à la réalité ni aux mots qui la nomment. « Nommer, non rien n'est nommable, dire, non rien n'est dicible, alors quoi, je ne sais pas, il ne fallait pas commencer », dit le narrateur dans le onzième des Textes pour rien. On a souvent entendu ces mêmes propos dans la bouche du cinéaste autrichien. Haneke n'a jamais caché son admiration pour le dépouillement et la sobriété des romans et du théâtre de Beckett. Quand on lui demande quel est son plus grand désir de cinéaste, il répond que c'est « d'atteindre l'extrême simplicité » et que Beckett est (avec Kiarostami, il est vrai) son idole à ce niveau-là. Ce que ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article