AMÉRIQUES EN VIS-À-VIS

AMÉRIQUES EN VIS-À-VIS

Sous le regard de deux Salvadoriens exilés (l'un chauffeur de bus, l'autre universitaire) apparaît une Amérique névrotique.

On le sait depuis Voltaire et son Huron : pour relever les particularités et les travers d'une société, rien de mieux qu'un regard étranger. Dans ce roman grinçant, Horacio Castellanos Moya en convoque deux : deux narrateurs salvadoriens complètement paumés dans un pays, les États-Unis, auquel ils peinent à comprendre quoi que ce soit. Le premier, ancien guérillero, a lutté toute sa vie contre le gouvernement salvadorien, et, partant, contre les États-Unis, qui le soutenaient, avant de s'y retrouver clandestin. Le voilà chauffeur de bus (ce qui lui permettra de découvrir la propension des Américains à la délation et à la paranoïa) et employé par un réseau de vidéosurveillance (ce qui le c ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article