À Marseille, l'Occupation recommencée

À Marseille, l'Occupation recommencée

En transposant de nos jours un roman allemand se déroulant dans la France occupée, Christian Petzold réussit un film étrange et mélancolique.

deuxième adaptation du roman publié en 1944 par Anna Seghers (après celle de René Allio en 1991), Transit de Christian Petzold marque d'emblée par un choix : celui de déplacer l'intrigue du livre de 1940 à nos jours sans en modifier substantiellement le déroulement. Soit un résistant allemand aux abois dans une France sous occupation nazie, cherchant à Marseille le moyen de s'enfuir aux États-Unis alors que l'armée d'occupation se rapproche un peu plus chaque jour. Flagrant, l'anachronisme est aussi particulièrement puissant : en fondant tout son film sur une résurgence, le cinéaste continue de travailler sur le flux et le reflux des images et des motifs après le beau

Pour lire l’intégralité de cet article