À livre ouvert

À livre ouvert

Introduire du romanesque dans l'histoire littéraire, c'est bien le moins qu'on puisse faire.

Liberté grande de la critique : oublié le XIXe siècle positiviste, oublié le XXe siècle formaliste, oublié le Contre Sainte-Beuve de Proust et le S/Z de Roland Barthes, désormais, affirme Michel Murat, pourtant professeur à la Sorbonne, « une bonne histoire littéraire se lit comme un roman ». Loin d'être une proposition naïve, l'idée de réintroduire un peu de romanesque dans nos représentations des oeuvres, des interprétations et des événements est d'abord impertinente, joyeuse et pédagogique : elle rend sa substance au duel opposant, par livres interposés, Balzac et Sainte-Beuve, elle transforme la lecture de Walter Scott par Bouvard et Pécuchet en une magnifique leçon ...

Pour lire l’intégralité de cet article